Perte et résurgence de la Vis

Particularité des plateaux calcaires qui forment les causses cévenols, de nombreuses rivières deviennent souterraines du fait de la présence de failles dans lesquelles elles s'infiltrent.
Elles circulent alors principalement au sein d'un réseau de cavités souterraines avant de refaire surface en aval.

La Vis est un de ces exemples de rivières qui disapraissent pour mieux réapparaître plus loin. À quelques kilomètres au sud d'Alzon, son lit s'assèche et le reste sur plus d'une dizaine de kilomètres. C'est notamment ce qui donne son nom au village de Vissec, à la confluence des cours de la Vis et de la Virenque.

À quelques distances de là, au fond d'un lit encaissé entre des falaises calcaires et quelques kilomètres en amont du fameux cirque de Navacelles, se trouve la résurgence des eaux de la Vis qui surgissent de la roche dans un grondement tonitruant. Leur force motrice y a longtemps été mise à profit pour moudre le grain au moulin de la Foux.

D'un beau bleu et d'une grande limpidité, ces eaux invitent fortement à la baignade... mais attention, elle est fraîche... vivifiante, mais fraîche !